item Item : Similarite rythmique davul/zurna 5 - Xidirnebî (9/10) 001_67

You don't have access to the media of this item. Please contact the administrators to get more rights. Click here
Title
Similarite rythmique davul/zurna 5 - Xidirnebî (9/10)
Collector
Amy de la Bretèque, Estelle
Collection
Détection des similarités rythmiques4 davul/zurna
Recording date
Feb. 15, 2007 - Feb. 18, 2007
Access type
full

Geographic and cultural informations

Location
Ararat
Location details
Région d'Aparan
Cultural area
Caucase
Language
kurde kurmanji
Language (ISO norm)
Kurdish
Population / social group
Yézidi
Ethnographic context
Xidirnebî

La fête de xidirnebî a lieu chaque année autour 15 février. Parfois aussi appelé fête de Xidir Nebi (saint de l’amour et des vœux) et de Xidir Eylas, (saint des malades et de tous ceux qui sont dans des situations difficiles), xidirnebi dure trois jours pendant lesquels un jeûne est observé. Chaque jour, chacun des foyers apporte le « repas du mort » (nanê miriya) à une maison voisine en mémoire des défunts du lignage. Ces plats sont consommés le soir lors de la rupture du jeûne. Des petits pains salés sont par ailleurs confectionnés avec 7 ingrédients (7 goûts). Ils seront mangés par les jeunes gens célibataires. Ceux-ci mangeront la moitié du pain et mettront l’autre moitié sous leur oreiller le soir. Le rêve qu’ils verront leur prédira avec qui ils vont se marier.

Musical informations

Number Composition Vernacular name Interprets

Archiving data

Code
CNRSMH_I_2013_619_001_05
Item number
001_67
Creator reference
Thèse, Chap. III : "Un calendrier des émotions", document n°67.
Remarks
Document 67 : Plus la nuit avance, plus le taux d’alcoolémie croît et moins forte se fait sentir la morsure du froid qui enveloppe la ronde dans sa déambulation nocturne.

Ces danses déambulatoires sont appelées kosageldi. Les histoires autour de kosageldi sont nombreuses : tous s’accordent pour dire que cette tradition n’est pas « originellement » yézidie, et chacun a son idée sur la question ; qui pense que ce serait une tradition tsigane de l’époque où il y avait des Tsiganes en Arménie, qui encore pense que c’est une tradition azérie en raison du nom à consonnance turque du rituel…


Aujourd’hui, tous les habitants n’observent pas le jeûne durant les trois jours. Les mirîd en particulier s’en dispensent souvent. Les partisans du PKK observent le jeûne le 15 février, date de l’arrestation de leur leader en 1999 dans l’ambassade de Grèce du Kenya. Cette date coïncide avec le troisième jour de jeûne de xidirnebi.
Last modification
Dec. 17, 2014, 12:32 p.m.

Technical data

Item size
13.1 MB