item Item : « Parole sur » dans la conversation quotidienne : Altûn et les rossignols de Bagdad 001_78

wait  Loading...
Property Value Unit
Title
« Parole sur » dans la conversation quotidienne : Altûn et les rossignols de Bagdad
Collector
Amy de la Bretèque, Estelle
Collection
La passion du tragique : paroles mélodisées chez les Yézidis d’Arménie [Exemples audio et vidéo pour thèse]
Recording date
April 1, 2007 - April 30, 2007
Access type
full

Geographic and cultural informations

Location
Aragatsotn
Location details
Région d'Aparan, village d'Alagyaz
Cultural area
Caucase
Language
kurde kurmanji
Language (ISO norm)
Kurdish
Population / social group
Yézidi
Ethnographic context
Village d’Alagyaz, avril 2007. Assise à la table de la cuisine de la maison de son père, les coudes posés sur la nappe en toile cirée jaunie, Altûn Mîrzoevna discute de tout et de rien avec Cemilê, l’infirmière du village venue lui prendre la tension et lui expliquer le fonctionnement du glucomètre. Coût de la vie, astuces pour maigrir, charme de Poutine, interdits alimentaires, Altûn commente avec entrain et humour. La conversation suit son cours. Parlant de ses problèmes de santé, des démarches qu’elle devait accomplir pour pouvoir se rendre à l’hopital sans payer, Altûn en vient à parler de son fils décédé. A ce moment, l’énoncé devient mélodisé.
Keywords
Enterrement

Musical informations

Number Composition Vernacular name Interprets

Archiving data

Code
CNRSMH_I_2010_004_001_78
Item number
001_78
Creator reference
Thèse, Chap. VII : "Procédés énonciatifs pour un univers suspendu", document n°78.
Remarks
Document 78 : Altûn jette un coup d’oeil par la fenêtre, puis raconte: « Si j’avais su que j’allais perdre mon unique fils, je me serais remariée! J’avais encore l’âge d’avoir des enfants. Ah je suis exilée». Altûn a 51 ans. Mariée à 13 ans, elle en avait 26 lorsqu’elle devint veuve. Cemilê, un sourire dans le regard, lui répond qu’il n’est jamais trop tard pour se remarier. Le rire d’Altûn résonne dans la pièce. La conversation changera ensuite de sujet. Altûn et Cemilê raconteront le divorce d’Îta, une jeune fille du village qui s’était mariée à un Yézidi de la région de Krasnodar (Russie)…

Cet exemple est assez typique de la façon dont les « paroles sur » peuvent être glissées dans les conversations quotidiennes. Au détour d’une conversation, quand le sujet est douloureux, l’énoncé peut devenir mélodisé.
Last modification
April 20, 2012, 1:39 p.m.

Technical data

Item size
7.4 MB