item Item : Agachi ngere _18

wait  Loading...
Property Value Unit
Title
Agachi ngere
Collector
Seeger, Anthony
Collection
Musique et Anthropologie (Disque encarté), revue L'Homme, n°171-172, 2004
Recording date
Jan. 1, 1972 - Dec. 31, 1972
Access type
full

Geographic and cultural informations

Location
Brésil
Location details
Mato Grosso
Language
Population / social group
Suya
Ethnographic context
--> Notice du CD audio p. 560 : Chant à l’unisson.
--> Cf. article, p.142-143 : " un chant à l’unisson, un agachi ngere est un chant cérémoniel à l'unisson. Le chant débute par quelques syllabes répétées en continu qui campent la mélodie. Vient ensuite la description d’une action, à savoir se peindre le visage et chanter durant une course de relais (avec un rondin pour témoin), puis le vers entier qui donne le nom du poisson qui se peint le visage pour la course. Pour la coda, le vers entier est repris bien plus lentement, dans un registre presque aussi grave que les syllabes du début, et la strophe se clôt sur quelques «huuuu» s’étendant sur plusieurs hauteurs. Après une pause qui n’est pas sans évoquer celle que l’on rencontre entre deux mouvements dans la musique classique européenne, le(s) chanteur(s) entonne(nt) la seconde partie du chant en suivant la même mélodie et le même schéma que dans la première moitié pour les paroles – syllabes génériques, action, révélation du nom et action. Les chants se terminent le plus souvent sur une coda. Une hausse par microtons, une scansion plus insistante annoncent parfois le passage d’une partie à une autre, le nombre de répétitions varie, mais on retrouve toujours le même dualisme fondamental dans les chants suyá. Dans notre exemple d’Agachi ngere, le chant s’ouvre sur une «révélation du nom» dans laquelle on a coulé la première moitié (kradi) d’un chant de la saison des pluies. Le texte est répété par deux fois, puis intervient la coda de la première moitié, marquée par deux longs glissandi sur la syllabe «huuuuuu». Après un temps d’arrêt, les chanteurs se lancent dans la deuxième moitié (sindaw) du chant; celle-ci s’ouvre par des syllabes génériques, qui se conjuguent ensuite à la description de l’action avant que les paroles ne soient révélées dans leur entier. L’ensemble du texte est alors chanté trois fois. Survient finalement la coda de la seconde moitié, plus travaillée que la première: le vers complet est repris plus lentement, puis le chant se finit sur trois «huuuu» modulés. Cet exemple rassemble ainsi les principaux éléments entrant dans la composition des chants suyá".

Musical informations

Number Composition Vernacular name Interprets
Voix choeur hommes
Hochet

Archiving data

Code
CNRSMH_E_2004_017_001_18
Item number
_18
Remarks
Se référer à l'article "Chanter l'identité. Misuque et organisation sociale chez les Indiens Suya du Mato Grosso (Brésil)" par ANthony Seeger, p. 135-150.
Schémas et transcriptions. Bibliographie en fin d'étude. Enregistrements d’Anthony Seeger.
Last modification
Feb. 14, 2013, 2:06 p.m.

Technical data

Item size
32.5 MB