item Item : Danse chantée. Chœur de garçons avec cloches et chœur de filles 001_07

You don't have access to the media of this item. Please contact the administrators to get more rights. Click here

Dublin Core Metadata

ElementRefinement
Value
identifier 
http://archives.crem-cnrs.fr/items/37760
identifier 
CNRSMH_E_1980_009_001_001_07
type 
Sound
title 
Danse chantée. Chœur de garçons avec cloches et chœur de filles
creator 
Dournon, Geneviève
contributor 
Dournon, Geneviève
contributor 
A Voir (V/90)
subject 
Telemeta
subject 
web
subject 
platform
subject 
audio
subject 
semantics
subject 
Cérémonie
subject 
Danse
subject 
Enfance
descriptionabstract
Les murias qui se définissent volontiers comme koïtur ou "maîtres de la terre", sont établis dans les vallées de Kondagaon et de Narayanpur, au nord de la rivière Indravati qui coupe le Bastar en deux parties. Une des plus remarquables caractéristiques de leur culture est l'institution du dortoir commun des jeunes, qui existe dans d'autres régions de l'Inde et du monde, mais qui trouve dans le ghotul muria une expression particulièrement harmonieuse. C'est au ghotul (dont la création légendaire est attribuée au héros divin Lingo Pen qui inventa aussi la danse et les instruments de musique) que s'accomplit, pour les adolescents des deux sexes, l'apprentissage de la vie communautaire, des valeurs éthiques, religieuses et sociales qui règlent la société muria. Dans les villages muria, la jeunesse est au cœur de la vie; c'est elle qui anime de sa gracieuse présence, de ses activités; de ses chants et de ses danses, la vie précaire et monotone de la communauté villageoise. Le "kokorin pata" est une danse cérémonielle chantée lors de certaines fêtes claniques. Les garçons revêtent les longues jupes blanches ainsi que les coiffes ornées de plumes, de perles et de pompons de leurs tenues de parades et ceignent leurs reins d'une série de cloches et de grelots de bronze qu'ils font tinter, par une secousse du bassin, au rythme lent de la danse, effectuée en cercle, avec les filles parées de fleurs et de bijoux. Après un début timide, les garçons se stabilisent dans le registre inolite de "falsetto" (voix la plus aigüe du registre masculin), avec pour effet la voix naturelle des danseuses se place au plus bas.
publisher 
LE CHANT DU MONDE,PARIS
publisher 
Telemeta
datecreated
1978-01-01T00:00:00Z
dateissued
1980-01-01T00:00:00Z
coveragespatial
Madhya Pradesh
coveragespatial
Inde centrale
coveragespatial
Inde
coveragespatial
Asie méridionale
coveragespatial
Asie
coveragespatial
Mundpal (tahsil de Narayanpur)
rightslicense
Restreint ( enregistrement édité )
rightsaccessRights
restricted
formatextent
00:02:46
formatmedium
Disque 33 t (3S) ; Ø 30 cm
formatMIME type
audio/x-wav
relationisPartOf
http://archives.crem-cnrs.fr/collections/3302