item Item : Chant diurne de ba?ha 001_03

You don't have access to the media of this item. Please contact the administrators to get more rights. Click here
Title
Chant diurne de ba?ha
Collector
Guyot, Mireille; Gasché, Jürg
Collection
Musique des indiens Bora et Witoto d'amazonie colombienne
Recording date
Jan. 1, 1969 - Jan. 1, 1969
Access type
metadata

Geographic and cultural informations

Location
Colombie
Location details
Région située entre les cours moyens des rios Putumayo et Caqueta
Population / social group
BORA
Ethnographic context
Le mot ba?ha sert à désigner les malocas les plus vastes et les plus importantes dans la société bora, de même que les trois fêtes célébrées successivement pour les inaugurer dès que leur construction est terminée. Ces fêtes d'innovation, les plus prestigieuses des cérémonies bora, rassemblaient plusieurs centaines d'invités et mettaient durement à l'épreuve les capacités économiques et l'envergure sociale du chef de la nouvelle maison. Elles sont caractérisées par la violence et la provocation exprimées par les invités dans les chants adressés au maître et à la maîtresse de la maloca.
Le meneur du chant est un chef bora qui avait été invité dans le haut Cahuinari, chez les indiens Muinanï.
Le Chant aux nombreux couplets se répète indéfiniment, jusqu'à épuisement des danseurs qui s'excitent progressivement :
"les Chotacabras viennent crier
Au coup du tonnerre du tabac brûlant (de feu)
Au coup de tonnerre du tabac brûlant
Viennent crier les Chotacabras
Voyez, vous autres !..."
Les Chotacabras (espagnol local) sont de petites chouettes nocturnes mais aussi le nom d'un groupe bora. Le tabac, bañe, léché sous forme de pâte assaisonnée de sel végétal, est comme le coca un stimulant encore utilisé couramment. A l'origine, il "éclate", dit le mythe, au moment d'être enfermé dans un récipient, produisant le tonnerre et les éclairs chaque fois qu'un chaman tombe en transe. Les invités convoitent la chair humaine d'"umari", celle du chef maloca qui les reçoit, tout chef s’appelant nimï?e, "maître" de l'arbre "umari", nimï?e, dont les fruits à la chair douce, au goût de beurre , sont mangés blets. La provocation se réfère explicitement aux rites d'exocannibalisme qui caractérisaient jusqu'à la fin du XIXème siècle les relations cérémonielles et guerrières des Bora et de leurs voisins.

Musical informations

Vernacular style
N
Author / compositor
N
Number Composition Vernacular name Interprets
1 Chanté solo homme choeur mixte Pablo, chef de maloca du groupe "branches tombées de chontaduro".

Archiving data

Code
CNRSMH_E_1976_013_001_001_03
Original code
DI.1976.013.001:A03
Item number
001_03
Collector selection
0
Creator reference
Face 1, plage 3
Remarks
Le signe ? indique l'occlusion glottale.
Last modification
July 20, 2012, 11:45 a.m.

Technical data

Item size
25.4 MB