Corpus : Rouget, "Les Hommes de la baleine" aux Açores (Portugal)

Title
Rouget, "Les Hommes de la baleine" aux Açores (Portugal)
Description
Enregistrements effectués par G. Rouget aux Açores lors du tournage du film "Les hommes de la baleine" réalisé par Mario Ruspoli
Code
CNRSMH_Rouget_003
Recording year (from)
1956
Recording year (until)
1956
Total available duration
00:12:48
Fonds
Fonds Gilbert Rouget (1916- ) (en cours de traitement)
Last modification
Sept. 11, 2012, 5 p.m.

Related media

Media Preview
Title
Présentation du film
Description
"Les hommes de la baleine", 1956, france, 26mn.
Résumé : Tourné en 16mm avec une caméra Bell-Howell couleur et une prise de son non synchronisée, ce film suit, dans les Açores, l’une des dernières chasses au cachalot au harpon.
Summary : Shot in 16mm with a Bell-Howell colour movie camera and non-sync sound, in the Azores, the film follows one of the last whale hunts to use the harpoon.
Credits
Title
Présentation des enregistrements
Description
Chants des baleiniers portugais enregistrés par Gilbert Rouget, dans l'île de Fayal, au cours du tournage du film "Les hommes et la baleine" de Mario Ruspoli.
Deux éditions avec la même référence commerciale, sous deux titres différents et avec deux pochettes différentes :
1ère édition en 1959 : "Açores. Chants des baleiniers portugais".
2ème édition (date à renseigner) : "Les hommes de la baleine. Chants des harponneurs des Açores".
Contient les titres suivants:
La mort du harponneur (traditionnel) / 4'01
Chamarita (traditionnel) / 2'38
Je vis un jour une baleine...(traditionnel) / 2'42
Chant d'adieu (traditionnel) /3'27
Texte de Mario Ruspoli sur le dos de la pochette :
"LES DERNIERS BALEINIERS "TRANCADORS" DE CACHALOTS
Le petit archipel portugais des Açores, perdu au milieu de l'Atlantique est sans aucun doute l'un des derniers à ne pas trop connaître la pollution et l'affreuse modernisation qui ont défiguré tant d'îles et de côtes françaises, italiennes, espagnoles, américaines.
Au 19ème siècle maint trois-mâts baleinier parti de NANTUCKET ou de NEW BERFORD faisait escale à FAYAL, à ANGRA ou à PONTA DELGADA, pour compléter l'équipage. Ainsi, de nombreux jeunes ruraux portugais bons marins par nature partirent pour les longs voyages dans toutes les mers du monde à la poursuite du cachalot. Au retour, le navire les déposait à nouveau sur leurs îles, aussi est-il naturel que ces harponneurs, ces dépeceurs, ces rameurs, aient construit des "Canoas", forgé des harpons et des lances et qu'ils aient continué jusqu'à ces dernières années la courageuse et dangereuse chasse à l'ancienne, comme au temps de Moby Dick.
Gilbert ROUGET, au cours de mon expédition à FAYAL, a pu enregistrer les merveilleuses et nostalgiques chansons des "TRANCADORS" - ainsi nomme-t-on les harponneurs - et ce disque est le seul au monde à évoquer la longue attente, dans les nuits solitaires à la pointe Nord-Ouest... L'attente de la fusée matinale, signal que les souffles ont été aperçus par les guetteurs en haut des falaises, et que la grande corrida va commencer.
José PACHECO, le "barde" du village improvisait ses complaintes, s'accompagnant sur la petite "viola" à 8 cordes. L'une d'elles évoque la mort de "TONINHO" survenue lors de l'attaque d'un "cachalot de combat" quelques années avant notre arrivée.
Hélas, une terrible éruption volcanique a ravagé le hameau baleinier qui se trouve aujourd'hui enfoui à cent mètres sous la lave... et l'on n'entendra sans doute plus jamais résonner le chant solitaire du "TRANCADOR".
Credits