Corpus : Rouget, Mission Ogooué-Congo

Title
Rouget, Mission Ogooué-Congo
Description
Enregistrements inédits (sur disques pyrals, transférés sur bandes magnétiques) et édités (plusieurs collections) collectés lors de la mission ethnographique Ogooué-Congé en 1946 par G. Rouget (avec la participation d'André Didier et Pierre Gaisseau)
Code
CNRSMH_Rouget_001
Recording year (from)
1946
Recording year (until)
1946
Total available duration
32:52:49
Fonds
Fonds Pierre-Dominique Gaisseau
Fonds
Fonds Gilbert Rouget (1916- ) (en cours de traitement)
Last modification
Sept. 27, 2012, 9:12 a.m.

Related media

Media Preview
Title
Présentation de la mission Ogooué Congo (en cours de rédaction), accompagnée d'une carte de l'itinéraire
Description
En 1946, Noël Ballif organise et dirige une expédition scientifique en Afrique centrale : la mission Ogooué - Congo (du nom de deux fleuves de la région). Cette expédition se déroule de juillet à décembre (dates à confirmer), et comprend deux groupes (ethnologie et préhistoire) qui effectueront des itinéraires parfois différents (cf. carte ci-jointe, version temporaire à remplacer par la carte complète). De nombreuses personnes (scientifiques, ingénieurs et cinéastes) y participent dont Noël Ballif, Gilbert Rouget, André Didier (CNAM), Nief, Jacques Dupont, Pierre-Dominique Gaisseau, Edmond Séchan (assistant de P-D. Gaisseau).

Une documentation importante est produite au cours de la mission : objets, photographies, enregistrements sonores et films, aujourd'hui dispersées au sein d'institutions culturelles et scientifiques ou d'archives privées :
- 120 objets et 3000 photographies (archives privées Noël Ballif au musée du quai Branly, photo des objets et de la mission consultable en partie sur le site)
- Environs 600 disques, des centaines de photographies, notes de terrain (archives sonores du CREM-CNRS et archives privées G. Rouget)
- autres (à renseigner), notamment les films inédits

Publications liées à la mission (à préciser) :
- Noël Ballif : ouvrage "Les danseurs de Dieu", thèse de doctorat en ethnologie, diplôme en linguistique, etc.
- Gilbert Rouget : disques édités, articles.
- Jacques Dupont : trois films "Aux pays des Pygmées" (1948, 24', noir et blanc), "Danses congolaises", "Pirogues sur l'Ogoué".

(rq. la carte a été consultée à l'adresse : http://ethnoarts.over-blog.com/article-noel-ballif-pierre-dominique-gaisseau-la-mission-ogooue-congo-70882178.html)
Credits
A renseigner
Mime_type
image/png
Download
CarteMissionOgooueCongo1946.png
Title
Fonds d'archives privées Noël Ballif (1922-1993)
Description
Archives de Noël Ballif, conservées à la médiathèque du musée du quai Branly.
Extrait de la biographie :
"Au sortir de sa formation initiale à l’institut d’ethnologie de Paris, Noël Ballif organise et dirige en 1946 la Mission Ogoué-Congo, patronnée par les ministères de la France d’outre-mer et de l’éducation nationale.
La mission Ogoué-Congo, expédition scientifique chez les pygmées de la Sangha au Congo et Gabon, connaît un important retentissement. Elle incite en effet le Président Vincent Auriol à créer en 1948 le Prix Liotard de la Présidence de la République pour récompenser les travaux d’équipes ou de chercheurs individuels et suggère à Jacques Becker le sujet de son film Le Rendez-vous de Juillet en 1949.
De la Mission Ogoué-Congo, Noël Ballif rapporte 120 objets pour le musée de l’Homme mais aussi 600 enregistrements sonores, 3000 photographies et plusieurs films dont Aux pays des Pygmées qui sera primé au 1er congrès international du film ethnographique de 1947. Ce film, réalisé par Jacques Dupont, est sonorisé avec les enregistrements effectués sur le terrain.
Cette mission tient un rôle particulier dans la vie de Noël Ballif. Sujet de l'ouvrage Les danseurs de Dieu qui sera traduit dans plusieurs langues (Hachette, 1954), elle constitue aussi le point de départ de ses recherches futures à l’EHESS, qui aboutiront à l’obtention du titre de Docteur en ethnologie en 1981 pour son travail intitulé Analyse critique et synthèse des connaissances sur les pygmées africains ; puis un DEA de linguistique en 1986 consacré aux Eléments de linguistique recueillis chez les babenga de la Sangha – région d’Ouesso, République populaire du Congo, 1946-1982."
Credits
musée du quai Branly
Title
article de G. Rouget
Description
Gilbert Rouget , « L’efficacité musicale: musiquer pour survivre », L’Homme, 171-172 | juillet-décembre 2004, mis en ligne le 25 décembre 2004.
Résumé :
Cette recherche se fonde à la fois sur une série de documents musicaux recueillis en 1946 chez les Pygmées BaBinga de la Haute-Sangha (République du Congo) par la mission Ogooué-Congo, et sur l’ensemble des publications ethnomusicologiques parues à ce jour sur les Pygmées, disséminés d’est en ouest de la grande forêt équatoriale, de l’Itouri au Gabon. À la question : « Pourquoi les Pygmées musiquent-ils autant ? », qu’invitent à se poser ces données, il est répondu : « Pour survivre ». « Musiquer » (et non « faire de la musique ») apparaît comme constituant pour eux une véritable technique du corps social et, partant, de la vie collective. Les effets qu’ils en attendent doivent être vus comme conjuguant deux types d’efficacité, d’une part une «efficacité musicale symbolique», à l’œuvre dans leurs rituels de chasse et liée à leurs pratiques magico-religieuses, d’autre part une « efficacité musicale socio-somatique », à l’œuvre dans l’ensemble des activités musicales (chants et danses) qu’ils mènent quasi quotidiennement. En fin d’article, de nombreuses notes abordent divers problèmes, jodel et polyphonie notamment, concernant cette musique et ce musiquer.
Summary :
Music with Effects: “Musicking” to Survive (The Case of the Pygmies). — This research is based on musical documents that the Ogooué-Congo Mission collected in 1946 among the BaBinga Pygmies (Haute-Sangha, Congo Republic) and on the ethnomusicological publications to date about the Pygmies, who are scattered over the equatorial forest from east to west, from Itouri to Gabon. These documents lead us to ask, “Why do the Pygmies ‘musick’ so much?” and to reply, “To survive.” For them, “musicking” –instead of “making music”– is a technique of the “social body” and group life. The effects they expect of it must be seen as combining two types of effectiveness: a “symbolic musical effectiveness” operational in their hunting rites and their magic and religious practices; and the “sociosomatic musical effectiveness” of all the musical activities (song and dance) that they do every day. Several notes at the end of the article comment on various problems, in particular yodeling and polyphony.
Credits
Rouget, Gilbert ; revue L'Homme
Title
Présentation des enregistrements inédits et édités constituant ce corpus
Description
Les enregistrements originaux ont été effectués sur des disques dits à enregistrement direct de la marque Pyral (numérotés par face de 5 à 651), et transférés sur des bandes magnétiques numérisée en 2002. Le lien URL indiqué ci-dessous permet un accès direct à la version numérique des enregistrements inédits (la collection correspondante est indiquée en bas de liste des collections constituant ce corpus).

Ces enregistrements ont permis la réalisation de plusieurs éditions phonographiques :
Une série de 3 disques 78 tours (éditions BAM, 1946)
Une série de 3 disques 78 tours (éditions Pathé, 1946 ?)
une série de 4 disques 78 tours "Music of Equatorial Africa" (éditions Folkways Records, USA, 1949)
Une série de 34 disques 78 tours (éditions Musée de L'Homme, 1948)
Un disque 33 tours "Musique bochiman et musique pygmée" (éditions Musée de L'Homme, 1957)
Un disque 33 tours "Musique Bantou d'Afrique Equatoriale Francaise" (éditions BAM, 1958)
Un disque 33 tours "Musique Pygmee La Haute Sangha" (éditions Musée de L'Homme, 1959)
Credits