Corpus : Randrianary, Mayotte, 2007

Title
Randrianary, Mayotte, 2007
Description
Enregistrements inédits collectés par V. Randrianary à Mayotte en 2007 (à préciser)
Code
CNRSMH_Randrianary_002
Recording year (from)
2007
Recording year (until)
2007
Total available duration
10:27:04
Fonds
Fonds Victor Randrianary
Last modification
Oct. 2, 2012, 6:17 p.m.

Related media

Media Preview
Title
Le debaa, un répertoire féminin de chants et de danses musulmans à Mayotte : création, circulation et politiques culturelles.
Description
Extrait :
"L’islam est un élément majeur de la culture mahoraise. Il s’agit d’un islam populaire principalement pratiqué au sein des confréries soufies chadouli, rifai et kadiryia. Ces pratiques viennent parfois du Moyen Orient en passant par l’Afrique de l’Est, les Comores et Madagascar et il sera intéressant d’en établir une géographie des circulations. L’ensemble des musiques (deba, moulidi, maoulida shengue, mandjaraka, madjilisse, tari, dahira) évolue et circule en effet entre l’Afrique de l’Est, Madagascar, Les Comores et Mayotte. Certains genres comme le dahira et le deba existent également à La Réunion. _En ce moment, le deba prend une place majeure dans la vie culturelle, voire même politique mahoraise. Certaines anciennes chanteuses et danseuses de cette pratique martèlent que les gestuelles et les rythmiques du deba d’aujourd’hui sont différentes de celles de leur époque, qu’elles se sont transformées, et même modernisées. Des érudits locaux évoquent la nécessité d’une normalisation de cet art pour faire face à la concurrence des femmes de Madagascar qui pratiqueraient mieux le deba que celles de Mayotte. Quoi qu’il en soit, tout le monde s’accorde à dire que le répertoire du deba s’enrichit. Si les textes sont tirés des livres sacrés, on se posera la question de savoir qui créée les mélodies et les chorégraphies ? Et en quoi ces nouvelles pièces diffèrent, voire innovent par rapport aux plus anciennes. La télévision RFO Mayotte diffuse régulièrement le deba depuis plusieurs années. Le Conseil Général finance le voyage du groupe lauréat d’un concours de deba qui aura pour mission de représenter l’île en Europe cette année. La Maison du Patrimoine du Conseil Général est en train d’écrire un recueil sur cet art. Des milliers de familles possèdent des DVDs pirates de concerts de deba. La vente de ces DVDs pirates constituent un commerce fructueux, ce qui oblige les créatrices de ce genre à repenser perpétuellement leur art. Comment évoluent les codes et les critères du deba ? Dans quelle mesure le deba (art exclusivement féminin) est-il un lien particulier entre les dirigeants politiques et la population, sachant que la société mahoraise est matriarcale et matrilinéaire ? Autant de questions que nous nous poserons dans le cadre de ce programme de recherche."
Credits
Randrianary, Victor

Collections

Title Digitized Description Code
MAYOTTE. RANDRIANARY,V.; 2007
CNRSMH_I_2007_007